Un tatoueur aide une jeune fille de 19 ans après des années de mutilation.

Au cours de l'adolescence, Aoife Lovett souffre de problèmes psychiatriques et de dépression. Lors des moments les plus difficiles, une seule chose lui permet de soulager sa torture : se mutiler. Aoife utilise des lames de rasoir pour se couper le bras droit. En plus de la blesser atrocement, cette "habitude" lui laisse de vilaines cicatrices.

Twitter / Demilked

Aujourd'hui, la jeune fille de 19 ans semble avoir vaincu ses démons et vit une vie des plus normales. Or, les marques sur son bras lui rappellent cette époque douloureuse : "C'est dur lorsque cela fait des années que vous ne vous mutilez plus, mais que vous en voyez le souvenir chaque jour... Ça vous rappelle la souffrance dans laquelle vous étiez. J'en ai honte et me sens coupable, surtout lors de moments en famille", raconte Aoife.

Facebook / Aoife Lovett

La jeune fille veut mettre tout ça derrière elle et décide de faire recouvrir ses cicatrices avec un tatouage. Or, aucun tatoueur ne veut prendre le risque, car c'est difficile et demande énormément de travail pour éviter tout ratage.

Aoife est désespérée, jusqu'à ce que sa mère tombe sur un projet de Ryan Kelly, un artiste-tatoueur de Dublin.

Instagram / ryanseanthepirate

À travers le projet Scars Behind Beauty (les cicatrices derrière la beauté, en français), Ryan aide les personnes désirant cacher des cicatrices laissées par l'automutilation. Ryan a d'ailleurs lancé ce projet après qu'une jeune femme est venue le voir en février 2017 avec une requête particulière : "Elle est venue comme ça et cherchait un tatouage pour recouvrir quelques cicatrices. Quand je lui ai parlé, elle m'a raconté son histoire et je me suis dit que je ne lui ferai rien payer. Cacher ses anciennes souffrances lui tenait vraiment à coeur", raconte Ryan.

Facebook / Ryan Sean K

Depuis, le jeune père tatoue la peau marquée par les personnes s'étant auto-mutilées.  Ryan sait à quel point il est compliqué de tatouer une peau qui n'est pas lisse et comprend donc ses collègues qui ne s'y risquent pas. Ce que Ryan aime, c'est aider les personnes à ensevelir les mauvais souvenirs sous de la beauté qui rappelle que la vie est belle.

Instagram / ryanseanthepirate

Ryan voue son temps libre à son projet et tatoue les personnes à la peau marquée gratuitement (pour celles ayant lutté contre la dépression dans le passé) tous les samedis. L'année dernière, le prof et ami de Ryan s'est suicidé alors qu'il souffrait de dépression, c'est pour cette raison que cette cause est extrêmement importante pour l'artiste. S'il peut leur donner ne serait-ce qu'un espoir, il est preneur. Il ne fait pas que recouvrir des cicatrices, il leur donne le courage de continuer à vivre avec la tête haute.

Twitter / Independent LIFE

Aoife prend rendez-vous avec Ryan et obtient enfin le tatouage qu'elle a toujours voulu. L'image qu'elle a choisi est le symbole de sa réussite à surmonter ses souffrances passées. Sans les marques de son passé qui la hantent, Aoife peut enfin regarder devant elle sans encombre. "Ryan aide les gens à aller de l'avant. Il cache le moche avec du beau, ce qui vous donne un sentiment de liberté et de confiance. Grâce à ça, on n'a plus peur de se balader en t-shirt. Ce qu'il fait est absolument magnifique", conclut Aoife.

Instagram / ryanseanthepirate

Ryan fait partie des rares artistes qui prennent le risque de tatouer des cicatrices et ce, pour la bonne cause. Aujourd'hui, plus de 300 personnes attendent l'aide de Ryan pour enfin pouvoir passer à autre chose. Ce tatoueur force le respect.

Commentaires

Également féroce