À 33 ans, il adopte son 4e enfant handicapé : la toile le surnomme “Super papa”.

"Super papa". C’est ainsi que les internautes ont renommé Benjamin Carpenter, 33 ans, après avoir adopté son quatrième enfant handicapé. Tout commence alors que Ben n’a que 21 ans.

À cette époque, l’envie d’être papa se fait déjà sentir. Il a beau être jeune, il sait d’ores et déjà qu’il est prêt et commence donc les procédures nécessaires pour pouvoir adopter. Il lui faudra 3 ans pour convaincre les autorités qu’il s’agit là d’une démarche sérieuse et qu’il avait les capacités et la maturité nécessaires pour être un bon père.

Quand, finalement, il adopte Jack (aujourd’hui âgé de 10 ans), Ben devient l’un des plus jeunes papas gays du Yorkshire : "Je crois beaucoup au destin et je crois dur comme fer que c’est là ce que j’étais destiné à faire." Car Jack n’est pas un enfant comme les autres…

Jack est un adorable petit garçon, mais il est aussi autiste. Si cela aurait pu faire peur au jeune papa, c’était sans compter sur son expérience. En effet, Ben avait d’ores et déjà beaucoup travaillé avec des enfants et des adultes atteints des plus divers handicaps. 



Depuis l’adoption de Jack, il a même adopté deux sœurs, Ruby et Lily. Ruby (6 ans) souffre d’une maladie congénitale appelée syndrome de Pierre Robin, d’une déficience visuelle et de scoliose tandis que sa petite sœur, Lily (5 ans), est sourde. Dernièrement, il a pu adopter son quatrième enfant, Joseph (2 ans), atteint de trisomie 21.

S’il travaille activement dans le but de promouvoir l’adoption, ce Super-papa reste très lucide quant à cet engagement de taille : "J’ai toujours dit qu’adopter un enfant handicapé, ce n’était pas pour tout le monde", explique-t-il, "il faut vraiment se donner à 100 %".

Faisant preuve d’un altruisme incomparable, sa seule motivation est de voir ses enfants progresser et prendre confiance en eux-mêmes. Les services sociaux et les médecins s’accordent à dire que les progrès des enfants tiennent presque du miracle :

"Dans cette maison, on fonctionne au 'Je peux le faire' et on essaye de leur apprendre à être aussi indépendant que possible", révèle-t-il, "L’handicap, ce n’est pas tout." Pourtant, il aurait été difficile pour beaucoup d’entre nous de rester optimiste en voyant Ruby, sa plus grande fille.

Quand il la rencontre pour la première fois, elle est reliée à une machine qui la nourrit, elle ne peut pas parler et doit se déplacer en chaise roulante. Elle avait l’air d’être une petite fille très triste : "Elle tremblait, pétrifiée, et ça m’a brisé le cœur." se rappelle-t-il. Aujourd’hui, elle mange et marche normalement !

S’il peut être fier d’avoir changé la vie de Ruby, il peut l’être encore plus de l’avoir fait seul. Célibataire, Ben ne peut donc compter que sur sa maman, Rita, et son amie Jeanette. Néanmoins, le célibat semble lui parfaire : 



"Je n’ai jamais cherché à avoir une relation, ça ne m’a jamais intéressé", confie-t-il, "J’aime faire les choses à ma façon. Voir mes enfants grandir et progresser, c’est pour ça que je me lève chaque matin."

Il n’est peut être pas capable de voler et ne se promène sûrement jamais avec une cape rouge, mais Ben Carpenter mérite clairement son titre de Super papa. Nous souhaitons beaucoup de bonheur à cette belle famille.

Source:

Mirror

Commentaires

Également féroce