Incapable de se faire à la vie moderne, une Amazonienne abandonne ses 3 enfants.

Kenneth Good est un anthropologue américain spécialisé dans le peuple autochtone qui réside au Sud du Vénézuéla : les yanomami. Cette tribu vit au milieu de la forêt amazonienne et fait partie de ces peuples dont la façon de vivre correspond toujours à l'époque datant d'avant la colonisation européenne. Kenneth s'intéresse aux habitudes alimentaires des yanomami et au cours des années 70, il part vivre auprès de cette tribu pendant quelques temps. Son travail se limite assez rapidement étant donné que leur régime est principalement composé de protéines, mais l'anthropologue décide de rester bien plus longtemps que prévu. Pourquoi ? Parce qu'il a trouvé l'amour.

YouTube/CBS Sunday Morning

Kenneth apprend le dialecte de la tribu et finit par être entièrement intégré. Un jour, le chef de la tribu lui propose sa plus jeune fille en mariage, une jeune fille de 12 ans du nom de Yarima. Étant âgé de 38 ans, Kenneth refuse, mais à mesure que les années passent, Yarima et Kenneth se rapprochent, si bien qu'ils finissent par tomber amoureux.

Au début, l'anthropologue ne voit pas de raison de demander à sa belle de le suivre aux États-Unis lorsqu'il rentre de temps en temps. Or, un jour, il apprend que Yarima s'est faite violer par un groupe d'hommes et décide de l'emmener avec lui. C'était sans prendre en compte le choc que vivre dans le monde moderne représenterait pour la jeune femme. Yarima n'a jamais rien vu d'autre que la jungle et les fleuves, elle ne sait pas qu'il existe des machines pouvant transporter des gens, comme les voitures ou avions. Aussi, la première fois que Yarima aperçoit une camionnette, elle part se cacher croyant avoir affaire à une bête gigantesque.

YouTube/CBS Sunday Morning

Le couple part vivre dans le New Jersey, aux États-Unis. Là-bas, Yarima s'habitue à certaines choses comme porter des vêtements toute la journée. Mais bien d'autres situations restent incompréhensibles pour elle. La jeune femme a la triste impression que les citadins vivent reclus et de façon très solitaire. Elle est habituée à vivre constamment aux côtés d'un groupe de personnes qui partage tout, de la maison à l'éducation des enfants en passant par le lit. Dans le New Jersey, les gens vivent seuls et enfermés entre quatre murs, éloignés de leurs voisins.

Ensemble, Kenneth et Yarima donnent naissance à trois enfants et pendant 5 ans, la jeune femme prend sur elle, par amour, pour vivre au sein d'une société qu'elle ne comprend pas. Personne d'autre que son mari ne parle sa langue et elle se voit obligée de passer tout son temps seule ou avec ses enfants. De temps à autre, ils retournent dans la jungle du Venezuela, ce qui leur vaut un voyage de trois jours en avion, camionnette et barque pour arriver jusqu'au lieu de résidence de la tribu. Lors de l'une de leurs dernières visites, Yarima fait une confession déchirante à son mari : elle ne peut pas retourner aux États-Unis.

Kenneth a le coeur en miettes, mais comprend sa femme : il l'a éloignée d'un monde où tout se fait en communauté pour l'emmener dans un autre où chacun reste dans son coin. Il prend donc la décision de la laisser avec "les siens" et de repartir avec leurs trois enfants aux États-Unis. Les deux plus petits n'ont pas eu la sensation d'être abandonnés par leur mère, mais David, l'aîné, si.

David garde de la rancoeur envers sa mère. Tout au long de sa vie, il invente des excuses pour expliquer la raison pour laquelle elle n'est pas avec eux, comme dire qu'elle était morte dans un accident de voiture. Ce n'est qu'à ses 25 ans, lorsqu'il lit le livre de son père Into the Heart: One Man’s Pursuit of Love and Knowledge Among the Yanomami (À l'origine : L'homme à la poursuite de l'amour et du savoir avec les Yanomami). Dans l'ouvrage, son père explique d'un point de vue scientifique et personnel l'histoire d'amour qu'il a vécue avec Yarima.

Tout finit par faire sens pour David qui comprend la tristesse et la solitude que sa mère a pu ressentir. Il prend conscience qu'elle n'est pas coupable et décide de partir à la recherche de sa mère au sein de cette tribu perdue au milieu de la jungle amazonienne.

Ça n'a pas été facile, mais ce voyage lui a fait découvrir énormément de choses, un autre monde ! S'aventurer dans des endroits si reculés, traverser des fleuves et rivières infestés de piranha, se faire dévorer par les moustiques et autres déconvenues lui ont fait comprendre ce que plonger dans un monde totalement différent et inconnu pouvait faire ressentir.

YouTube/CBS Sunday Morning

Lorsqu'il arrive dans la tribu, les retrouvailles sont touchantes : Yarima et David se reconnaissent immédiatement et à peine se prennent-ils dans les bras que David comprend que l'amour d'une mère ne meurt jamais. David reste pendant quelques mois dans la tribu où il apprend à vivre comme un yanomami. Il mange même des insectes, des serpents et larves ! Mais l'aventure ne peut durer qu'un temps.

Il arrive un moment où David, comme sa mère précédemment, a besoin de retrouver le monde et les habitudes qu'il a toujours connus. Cependant, il raconte :  "La personne que je suis aujourd'hui est complètement différente de celle que j'étais il y a 5 ans. Aujourd'hui, je suis un yanomami étasunien, très fier de ses ancêtres. J'aime ma mère et espère pouvoir la retrouver."

À l'heure actuelle, David travaille dans une association à but non lucratif appelée The Good Project, qui aide à la préservation des yanomami et de leurs coutumes. Par des expériences similaires, David et Yamira ont découvert qu'il existait différentes façons de vivre, chacune avec ses défauts et ses vertus.

Regardez cette histoire en images dans la vidéo ci-dessous (en anglais) :

Il est facile de porter un jugement sur Yamira sans comprendre ce qui a pu la pousser à prendre la décision qui a été, à ne pas douter, la plus difficile de sa vie. Malgré tout, mère et fils ont pu surmonter leurs différences tout en restant fidèles à eux-mêmes et à leur style de vie respectif. L'amour surmonte toutes les différences, c'est au fond ce qui compte le plus.

Commentaires

Également féroce