Une femme retrouve un ami d’enfance toxicomane et le transforme

L’addiction à la drogue détruit des vies. Partout dans le monde, des millions de personnes tombent dans les travers de ce poison qui rend leur vie misérable et la mettent en péril. Il arrive néanmoins que certaines personnes arrivent à sortir du cauchemar, non sans grande difficulté, et reprennent une vie saine, loin de la drogue. C'est notamment le cas de Patrick Wanjiru qui a eu la chance de prendre un nouveau départ grâce à une personne qu'il a connu dans sa jeunesse.

Patrick, aujourd'hui âgé de 34 ans, a été renvoyé de l'école lors de l'adolescence pour des histoires de cigarettes et de marijuana fumées dans les toilettes de l'établissement pendant les récréations. Il a réussi à entrer dans d'autres écoles, mais s'est fait à chaque fois expulser pour les mêmes raisons. Sa mère l'a d'ailleurs plusieurs fois envoyé en centre de désintoxication pour tenter de le faire décrocher de son addiction, mais ce dernier s'en est échappé.

Pendant de nombreuses années, Patrick sombre toujours un peu plus et devient accro aux drogues dures. Il vit dans la rue, fait la manche et vend des objets qu'il passe des heures à chercher dans les poubelles pour se payer ses doses. Seule sa mère, anéantie par l'état de son fils, l'aide comme elle peut en lui apportant tous les jours de quoi manger. C'est en octobre 2017 que sa vie prend un tournant radical.

Un jour, Patrick parle à une femme qui se trouve être une ancienne camarade de classe à lui : Wanja Mwarau. Cette dernière n'en revient pas, son ancien ami n'a que la peau sur les os et semble dans un état lamentable. Elle décide alors de l'inviter à manger chez elle.

Wanja, aujourd'hui infirmière âgée de 32 ans, donne son numéro de téléphone à Patrick et lui promet de l'aider s'il le lui demande. Les jours suivants, Patrick l'appelle plusieurs fois, juste pour parler. Il finit un jour par lui dire qu'il n'en peut plus et voudrait plus que tout sortir de l'enfer de son addiction. Wanja tient alors sa promesse et fait tout ce qu'elle peut pour l'aider à atteindre son objectif.

Wanja tente de récolter de l'argent sur Internet pour payer à Patrick un séjour en centre de désintoxication. "Nous avons ouvert une page de crowdfunding. Au début, nous avons uniquement réussi à rassembler 41 000 shillings kényans (320 euros) alors que 9 jours en clinique coûtent 100 000 shillings kényans (800 euros)", raconte Wanja. 

Patrick rentre quand même dans le centre pour quelques jours. En peu de temps, son état s'améliore de façon considérable. Wanja, fière de ses progrès, n'hésite pas à les partager sur Facebook : "Il y a de ça une semaine, Patrick et moi pouvions à peine avoir une conversation normale. J'étais obligée de lui tenir la tête avec les mains pour qu'il se concentre. Aujourd'hui, nous discutons de tout et de rien et il soutient mon regard", écrit l'infirmière.

Un entrepreneur de Mombasa tombe par hasard sur cette publication Facebook et propose de raconter leur histoire via son compte Twitter. Et là, ce qui se produit est incroyable : la publication est partagée plus de 50 000 fois. Même des médecins kényans se mettent alors à donner des nouvelles de Patrick et de son incroyable rétablissement. Cet engouement change la donne, car le centre permet même à Patrick de terminer sa cure gratuitement. Et l'homme en sort complètement guéri.

Après la cure, Patrick reprend sa vie en main. Wanja l'aide à ouvrir sa propre affaire La boutique de Hinga avec les dons perçus suite au partage de l'histoire de Patrick sur les réseaux.

Aujourd'hui, Patrick est entièrement libéré de ses démons et mène une vie paisible et saine. Grâce à la bienveillance d'une ancienne amie qui l'a aidé à avancer au pire moment de sa vie, il a pu prendre un nouveau départ et montrer à tous qu'avec de la volonté et une épaule sur laquelle se reposer, on peut toujours s'en sortir.

Source:

boredpanda, nation, bbc

Commentaires

Également féroce