Des défenseurs des animaux viennent au secours d’éléphants maltraités.

Nombreuses sont les personnes qui pensent que les éléphants sont des créatures tendres adorant porter les touristes sur leur dos ou faire des acrobaties pour les divertir. Or, ces pauvres créatures sont loin de faire ça par plaisir et par envie, bien au contraire.

Facebook / Tim Theron

Depuis des siècles, les éléphants d'Asie du Sud-Est, comme la Thaïlande, passent par l'horrible rituel du "Phajaan." Ce rite implique la séparation du bébé et de la mère très tôt et les garder enfermés et ligotés dans des cages en bois pendant au moins une semaine.

You Tube / Circa News

Dans cette cage, les éléphants sont torturés de la pire façon qui soit. Les tortionnaires utilisent des crochets et des barres en fer pour blesser les pauvres bébés éléphants. Bien entendu, les éléphants sont aussi privés de nourriture et d'eau et maintenus réveillés de façon atroce. Le pire, dans tout ça, est qu'ils n'ont aucun moyen de s'échapper de cet enfer.

Facebook / Elephant Nature Park

Après des années de maltraitance, les tortionnaires savent exactement à quel moment les jeunes éléphants leur sont complètement soumis. Il arrive toujours un moment où leur âme est détruite et leur corps est prêt à mourir. C'est à ce moment-là qu'on leur donne de l'eau et de la nourriture.

C'est de cette façon que les tortionnaires créent une relation avec les éléphants. Leur but est de les "dresser" pour les industries touristiques et de construction.

You Tube / Circa News

Le principal objectif de la militante Sangduen Chailert, surnommée Lek, est de mettre un terme à ce genre de cruauté. C'est un événement traumatisant lors de son enfance qui l'a poussé à faire ce choix :
"J'ai vu des personnes forcer un éléphant à travailler alors qu'il était blessé. Il a commencé à crier. J'ai demandé au propriétaire si l'éléphant pouvait se reposer un peu, ce dernier m'a répondu qu'il n'avait pas le temps. Ils s'arrêtent de travailler lorsqu'ils meurent... J'ai vu la colère et la détresse du pauvre éléphant lorsque les hommes l'ont frappé pour qu'il se remette au travail. Je n'oublierai jamais son cri."

Facebook / Elephant Nature Park

Cette expérience continue de hanter Lek, surtout le cri déchirant poussé par l'animal. Comme il est impossible de se battre contre ce genre de torture tout seul, Lek a décidé de créer un parc pour éléphants. Avec l'aide de l'association Green Tours, le parc finit par ouvrir ses portes en 1996.

Facebook / Elephant Nature Park

Situé dans le nord de la Thaïlande, le Elephant Nature Park est plus qu'un centre de sauvetage pour les éléphants maltraités. Le personnel a tout fait pour que l'endroit ressemble le plus possible à l'habitat naturel des pachydermes, leur donnant ainsi le loisir de se dépenser à leur guise et d'avoir un peu d'intimité. Là-bas, vous ne verrez personne sur le dos d'un éléphant et ces derniers ne chercheront pas à vous divertir avec des tours particuliers, car seul leur bien-être compte. Le parc est ouvert aux touristes et le prix de l'entrée sert entièrement à l'entretenir.

Facebook / Elephant Nature Park

Néanmoins, il ne faut pas oublier que les éléphants ont vécu des choses terriblement horribles avant d'arriver dans le sanctuaire : les maltraitances ont laissé des cicatrices tant physiques que psychologiques.  "85 % des éléphants arrivent ici avec des problèmes mentaux. Certains fixent l'horizon comme des zombies. Ils sont traumatisés du travail, sont handicapés, blessés, aveugles et faibles, mais le pire c'est la souffrance psychologique dans laquelle ils se trouvent. Certains se tiennent là, complètement vidés de toute énergie, d'autres tournent en rond. ils crient et partent en courant en voyant d'autres éléphants, c'est déchirant", raconte Lek.

Malgré les difficultés, Lek a trouvé le moyen de communiquer avec les éléphants et fait tout ce qu'elle peut pour panser leurs âmes blessées. Avec son calme, sa présence rassurante et ses berceuses relaxantes, elle est parvenue à briser leur carapace.

Facebook / Elephant Nature Park

Henrik Enevoldsen, un fan de ce sanctuaire depuis de longues années, décrit les effets de Lek sur les pachydermes en ces mots : "lorsqu'elle s'adresse à eux, ils ne veulent plus la quitter. Ils sont toujours collés à elle. Souvent, nous ne pouvons pas aller dans les champs avec elle, parce que tous les éléphants viennent vers elle."

Facebook / Elephant Nature Park

En plus de montrer les maltraitances physiques et psychologiques subies par les éléphants, la vidéo suivante montre le quotidien de Lek dans le sanctuaire :

Le travail de Lek force le respect. Elle voue sa vie à cette cause qui devrait être le combat de tout un chacun. Aucune créature ne mérite de vivre un tel enfer, surtout pour divertir ou servir les humains cupides. Nous espérons que le Elephant Nature Park continue de prospérer et que d'autres organisations voient le jour pour venir en aide à ces créatures sans défense.

Qui sait, peut être qu'un jour ce genre de cruauté prendra fin ! 

Commentaires

Également féroce