La maison de poupées de l’horreur : un Russe vit avec 29 momies.

En novembre 2011, la police fouille la maison d'Anatoly Moskvin à Nijni Novgorod, en Russie. L'homme est un universitaire de renom, auteur et spécialiste de l'histoire des cimetières. Au début, les officiers veulent simplement parler avec l'homme pour lui demander des conseils sur une enquête en cours, mais très vite, ils découvrent quelque chose de suspicieux.

Les fouilles menées par la suite vont révéler les crimes les plus tordus et dérangeants jamais perpétrés en Russie.

Le quarantenaire vit dans un petit appartement dont les murs sont tous recouverts d'étagères remplies de livres, d'habits d'enfants colorés et de jouets. Ce sont justement les vêtements et jouets qui mettent la puce à l'oreille des officiers. Pourquoi un homme célibataire et sans enfant aurait de tels effets chez lui ?

Dans une pièce, la police découvre des poupées à taille humaine minutieusement vêtues et positionnées sur le canapé, les chaises et le sol.

L'odeur et l'apparence étrange des poupées éveillent les soupçons des enquêteurs. Lorsqu'ils regardent de plus près, ils font une macabre découverte.

Les poupées ne sont en réalité pas du tout des poupées : ce sont des corps momifiés ! Anatoly est immédiatement arrêté et son terrible secret fait les gros titres de la presse nationale.

Pendant plus de 10 ans, Anatoly se rend dans des cimetières en plein milieu de la nuit et déterre des corps de fillettes récemment enterrés. Il les ramène chez lui et essaie de les momifier, mais lorsque l'embaumement ne prend pas, il les remet dans leur tombe.

Anatoly coopère avec les enquêteurs et leur avoue avoir déterré plus de 150 corps. Sur ce total, il en a gardé 29 qu'il a réussi à embaumer avec succès. Il procède à la momification par le biais de frottements avec du sel et du bicarbonate de soude puis en les "remplissant" ensuite avec des vêtements une fois les corps secs.

Anatoly se fait surnommer "le poupetier" et les détails les plus sordides commencent à voir le jour. Il prépare de la cire pour le visage des momies et les peint à l'aide de vernis à ongles. Il les habille, prend le thé en leur compagnie et fête même des anniversaires. Pire encore, il installe des boîtiers de reproduction de parole mécanique sur certaines des "poupées" pour les rendre plus vivantes. Anatoly affirme n’avoir jamais eu le moindre rapport sexuel avec ses "filles", il souhaitait juste leur faire le cadeau d'une vie éternelle.

Avant que la police n'identifie les corps, une femme du nom de Natalia Chardymova les contacte. Elle a vu les vidéos de l'appartement d'Anatoly le soir aux infos et a reconnu l'une des momies : sa fille Olga, âgée de 10 ans et morte un an auparavant.

Au cours de l'investigation, on demande à Anatoly d'expliquer son penchant pour les momies. Il raconte alors qu'à l'âge de 13 ans, il a perdu une amie proche, Natalia, âgée de 11 ans. Lors des funérailles, on l'a forcé à embrasser la fillette pour lui dire adieu. Cette expérience l'a profondément traumatisé et il vit avec au quotidien.

Les crimes d'Anatoly ont mis le pays en émoi et les familles des victimes ont dû revivre le cauchemar de l'enterrement lors des secondes funérailles. Le procureur de la République refuse néanmoins de retenir les charges contre Anatoly à cause de son état psychologique (schizophrénie paranoïde). Au lieu d'être jugé, Anatoly est interné dans un institut psychiatrique dans lequel il est encore enfermé à l'heure actuelle.

Le cas du "Poupetier" a choqué le monde entier. Cette histoire semble tout droit sortie d'un film d'horreur, pourtant elle est malheureusement bien réelle et montre des côtés sombres de l'humanité que la majorité d'entre nous espère ne jamais rencontrer ou voir. Au moins, les victimes d'Anatoly peuvent enfin reposer en paix.

Source:

5-tv.rumk.ru

Commentaires

Également féroce